Jusqu'à la fin

Jusqu'à la fin
Cette image animée ne m'appartient pas, provenant d'une autre source.

jeudi 10 mai 2018

Mentalist Coeurs à Vif - Chapitre 35



-Wayne! Tu n'as pas fini de déjeuner!

-Je suis désolé maman mais j'ai pas trop le temps! Je suis à la bourre!

-Tu devrais te lever un peu plus tôt.

-Ouais, je sais.

Tandis que le jeune redescend, son sac à dos sur l'épaule avant d'embrasser sa mère, pressé, celle-ci s'étonne de l'heure à laquelle il peut se coucher.

-Tu ne te couches pas tard pourtant.

-Non mais je …. Je m'endors pas de suite. Mais ça va.

-Wayne. Attends une seconde.

-Quoi?

-Il y a quelque chose qui te contrarie?

-Euh? … Non. Non. T'inquiètes pas.

Le grand gaillard esquisse un demi sourire de passage, en apparence affirmé, embrassant de nouveau sa très attentive maman.

-Bon. Ben j'y vais.

-L'adolescent se hâte ensuite à l'extérieur, habitant à plus de vingt minutes du lycée.

Quelques minutes après être sorti de chez lui, alors que son pas de course ralentit légèrement en chemin, une moto semble en faire de même avant de se rapprocher, ce qui en vient à intriguer le jeune homme qui se montre à ce moment méfiant. Un peu louche, non?

Le bolide en vient par la suite à le dépasser puis s'arrête à quelques mètres, le conducteur comme attendant. L'adolescent aurait pu traverser afin d'éviter ce motard aux allures suspectes. Toutefois, l'inconnu sur la moto même à distance, lui paraît familier. Prudemment, Wayne poursuit sa route sur le trottoir jusqu'à arriver face au biker dont celui-ci ne tarde pas à retirer son casque.

Cheveux d'un blond très clair beige, coupe dégradé un peu courte, un tantinet long sur le devant, mèches tombant à proximité des verres de lunettes noires, celles-ci sont également enlevées. 

Deux équipements indispensables à utiliser, tenus dans les mains, le regard bleu clair perçant qui fixe ensuite l'ado. L'expression intimidante, traits légèrement durs, la confrontation en est déstabilisante ainsi que abasourdissante. La prison durcit davantage, c'est un fait.

-Papa? Qu'est-ce que tu fais dans les parages?

-Heureux de te voir fiston.

Le ton de Steven Rigsby est à la fois monocorde et étrangement sincère … Ou intéressé? Cette surprise matinale, il s'en serait bien dispensé.

-Tu vas au bahut?

-Ouais. Comme tous les jours.

La réponse fournie dénote évidemment un mélange d'hostilité, de rancune.

-Tu veux que je t'emmènes?

-Euh?!

La déconcertation est au menu d'aujourd'hui, hélas.


*******

-Mince, j'ai un trac ! J'ai presque pas déjeuné tout à l'heure.

-Moi non plus.

Danny détaille ensuite en diagonale la tenue de sa co-animatrice, ses lèvres formant à cet instant un rictus nerveux, petitement narquois, remarqué par la miss.

-Qu'est-ce qu'il y a?

-T'as fait des frais ou quoi? On va se tenir derrière un micro. La tenue c'est pas important.

-Tu te goures. Ça l'est. Ça m'aide aussi à me sentir à l'aise. Ça va me redonner de l'assurance.

-Faut espérer que ce que tu portes va nous faire réussir notre premier essai. Sinon c'était pas la peine.

-Elle est bien ma tenue. Tu lui reproches quoi?

Houdini junior se met subitement à ricaner dû certainement à la nervosité de ce jour J, ne plaisant du tout à la demoiselle bien assez anxieuse comme ça déjà.

-Eh! Te moques pas!

-Je me moque pas, c'est juste nerveux.

Jeans de coloris argent, haut noir imprimé d'une langue tirée, piercing au bout, le tout en sequin et chaussée de bottines noires, de style classique. L'équilibre apporté à la mode. Ensemble top pourtant mais peut-être pas en effet pour la radio quand on est enfermé dans un espace à l'abri des regards. 

Dans un concert de rock aussi ça cadrerait mieux encore mais important de se sentir bien dans sa peau. La petite bombe scintille, scintille au sens propre.

-Se sentir bien dans ses pompes ça compte, c'est sûr

-Ça va aller Danny. Tu vas voir.

Alors que les ados arpentent le couloir pour la première heure de cours, la persuasion féminine s'avère être maigrement fiable. Cependant, pour le baptême des ondes, Erica Flynn a eu la gentillesse d'établir avec eux durant cinquante minutes supplémentaires leur toute première programmation. 

Choix de musique listé, ce qui faudra dire ainsi que le comportement à adopter. Ils ne peuvent qu'avoir une profonde gratitude envers cette aide formidable reçue.

Par ailleurs, Danny s'immobilise soudainement, sa partenaire le questionnant à cette seconde.

-Ça va?

-Ouais, ouais. Je me demande si j'ai bien fait de m'être présenté à l'audition.

-Tu vas pas me laisser tomber surtout?

-Non. J'ai juste …

-Le trac?

-Ouais. l'admettant en levant le regard durant une fraction de seconde en direction de la miss qui ébauche un minime sourire avant de lui adresser une tape sur l'épaule.

-T'es pas le seul. Mais si on se plante, j'te tue.

Ils en rient furtivement, évacuant mincement leur nervosité tout en continuant leur trajet jusqu'à la salle de cours pendant que Wayne franchit le portail du lycée en courant avant de ralentir une fois dans la cour. A une minute près de la sonnerie. Rejoins par Kimball par la suite, celui-ci taquine le duo.

-Alors, prêt à rater votre première intervention au micro?

-Ha,ha, ha! J'suis mort de rire. s'exclame le futur Howard Stern.

Le plaisantin arbore un bref sourire avant de leur dire un bon "Merde" afin de leur souhaiter bonne chance sincèrement.

-Ouais, on va en avoir besoin.

-Je ne me fais pas de soucis. Avec ton bagou et ton audace, complimentant Summer et Danny à son étrange façon, vous y arriverez.

-On croise les doigts. Mais vu comme elle est habillée, on va attirer la chance.

-Sympa! T'es vraiment sympa.

-T'aurais dû te teindre la mèche en vert.

-Je crois que tu vas faire l'émission tout seul. Et je vais bien me marrer.

Assister à une nouvelle attitude qui consiste à lutiner et y prenant un malin plaisir à se chambrer mutuellement. Il se pourrait que la réconciliation retrouve finalement le chemin de l'amitié sur lequel l'un et l'autre s'était perdu.

Kimball lève alors les yeux au ciel, amusé, entendant à ce moment les pas pressés de son autre pote qui freine, un peu haletant.

-T'es à l'heure in-extremis.

-Attends. Que je reprenne mon souffle. …. L'important c'est que j'arrive à l'heure, non?

-Pars plus tôt, tu seras moins essoufflé.

-Je sais, je sais. Si j'avais accepté de venir en moto, je serais arrivé plus tôt c'est certain.

-En moto? Toi?

Son ami fronce les sourcils, interrogatif, se questionnant.

-J'te raconterai plus tard.

Les élèves regagnent leur salle à cette minute, la sonnerie ayant retenti depuis quelques menues secondes tandis que Danny et Summer déclenchent déjà dans leur tête le décompte qui les sépare de leur première à l'antenne dans exactement deux heures.

********

-Tu t'es mise sur ton 31.

Michelle, toujours l'œil à balayer le moindre renouveau en général non superficiellement, va bien sûr de son commentaire, sur un ton plus ou moins amical. Celui-ci est évidemment adressé à l'animatrice encore vierge qui le prend avec détachement, le sourire grimacier.

-Ouais. C'est joli. Mais pour la radio. Au moins le bahut va en profiter. Ça flashe!

-C'est pour attirer les ondes positives.

-Vu comme tu brilles, t'as des chances.

-Ça ne serait pas du sarcasme?

-Si.

Les deux copines, légèrement rivales se sourient toutefois, prenant place, Teresa, Grace souhaitant bonne chance à leur amie ainsi qu'à Danny, envoyé par un signe de tête, de doigts croisés. Quant à Tamzin, celle-ci se montre neutre, ayant tenté d'attirer la chance sur eux malgré tout à sa manière, la veille. Et la jeune wiccane leur réserve une attention particulière. Quelle dévotion en amitié! … Ou en amour?

Rituel magique de la sainte magie blanche!

Dingue comme l'heure défile. Maintenant dans une heure et durant la deuxième, celle-ci passa à une vitesse ! Juste pour pousser au plus rapide. Allez et qu'on en finisse!

Et 10h00 sonne. Ça y est! Ils y sont. Ayant cours avec Kristina Frye, celle-ci leur souhaite également bonne chance comme précédemment monsieur Jane. Ça booste.

L'émission débute cinq minutes plus tard, le temps de se rendre dans la cabine qui se situe au rez-de-chaussée, proche d'une salle de permanence. Trois minutes auparavant, le temps de poser leur manteau ou veste sur le porte-manteau mural placé derrière la porte, pouvant juste apercevoir les apprentis animateurs derrière une fenêtre de taille moyenne.

Ayant vu la cabine seulement la veille, nettoyée quatre jours avant et permission reçue de la décorer avec des affiches il fut constaté que le matériel installé n'était pas du dernier cri mais pas non plus bon marché, tenant très bien la route. Bien évidemment. 

C'est en la présence de la directrice ainsi que de Patrick Jane, s'y connaissant à peu près tous les deux, que les deux duos furent renseignés sur la façon de faire fonctionner tout ça, notant à nouveau. On se serait cru dans un cours de science. Une visite avant de commencer la formation express qui allait de soi.

Feuilles sous les yeux, casques sur les oreilles, respirant au préalable, les deux partenaires se regardent, donnant le signe du départ par un hochement de tê ensuite fermés durant un minuscule instant puis ils se jettent à l'eau.

Le cœur tambourinant réciproquement, la nervosité à son maximum, le ton est donné chacun à leur tour. Vite fait avant de rejoindre leur poste, Tamzin leur offrit une amulette de chance. Une pierre naturellement trouée due à l'érosion, gardée par la gentille sorcière.

-Elles sont sacrées pour la Grande Mère, la Déesse de la nature, car le trou représente l'utérus de la vie d'où toutes choses proviennent. Tenez la pierre dans vos paumes et en projetant de la chaleur et du bonheur en elle avant de débuter l'émission. Ça deviendra un aimant de bonne fortune.

Un ruban fut enfilée à l'intérieur et la pierre leur fut remis sous les yeux hébétés de Summer, croyant modérément à ce genre de pratique. Cependant, vu le monstrueux trac qui les tiraillait, la miss opta pour le changement d'esprit, souhaitant que ça marche. Quant à Danny, celui-ci fut touché par le geste de son ex-petite amie, surpris, la remerciant avec pudeur et mots décousus.

-C'est gentil. T'es … Enfin .. C'est.

-Je comprends.

Un très fin élargissement se crayonna sur la bouche de la jolie demoiselle, ne s'attardant pas, également pour ne pas les retarder.

-Ouais. Bon, on y va.

Ils partirent, Summer lui tirant sur le bras après avoir remercié Tamzin quand même. Et à distance, Wylie, leur cria de bien s'amuser.

-Merci!

Deux en valent mieux qu'un!

Le trac légèrement diminué en prenant la parole, le plus gros fait pour le moment, soudainement, un sentiment timidement euphorique s'incruste, sentant le début d'une excitation encore flou certes en eux mais qui ne va pas tarder à se développer. En attendant, l'antenne, les novices animent et c'est pas mal du tout. 

Croisons bien les doigts!

mardi 8 mai 2018

Mentalist Cœurs à Vif - Chapitre 34



18h30, formation avec une certaine bénévole qui se tient bien prête pour transmettre quelques connaissances. Des conseils prodigués par une professionnelle du relationnel, déjà annoncée auparavant. Bien évidemment, les deux prioritaires vont bénéficier d'un apprentissage prenium. Cependant, le futur duo star ne va pas être le seul à profiter de ces prodigieux, précieux conseils.

Summer et Danny ne seront pas uniques à l'antenne. La présence d'un autre duo au micro seulement un jour dans la semaine durant la pause déjeuner ainsi que pendant l'interclasse du matin ainsi que de l'après-midi, est programmé. Les cours reprenant à 13h00 .. Treize minutes montre en main qui représente un véritable challenge à relever comparé à leurs confrères de l'animation.

Deux jours auparavant, une nouvelle idée avait germé en faisant part comme il se doit à Madeleine Hightower. Ayant apprécié la performance de Teresa et Kimball malgré le classicisme de la performance, ne pas exploiter un certain potentiel aurait été dommage. Ils ne l'ont pas cru non plus.

Leur mission sera de parler de sujets de société concernant ce par quoi sont intéressés les ados mais pas uniquement. La tâche la plus sympa comme on le pense sera de jouer les DJs donc, informer de l'actualité du lycée à propos des projets qui pourront être mis en place et concerneront les élèves. Informer également les nouveautés musicales. Horaires identiques aussi mais tous les jours.

Quatre à suivre le cours, cela devrait passer comme une lettre à la poste. Bien sûr, Patrick Jane est présent, n'ayant pas eu la muflerie de laisser sa compagne seule dans l'arène. Toutefois, même si celle-ci est inconnue, mademoiselle Flynn n'est vraiment pas du genre à se laisser intimider. Pleine d'assurance, sachant à qui elle peut avoir tout de suite affaire en établissant un portrait psychologique par sa simple intuition, sa grande perspicacité d'analyse tel que sa moitié.

Et ce n'est pas pour rien que la petite amie de l'enseignant est passée associée au sein de l'agence de rencontre. Son éloquence, aisance innée, on admire. Surtout à 24 ans. Qu'est-ce qui lui ferait peur?

Par chance néanmoins, ces quatre lycéens n'ont rien d'effrayant, plutôt inoffensifs. Une petite sensation inconfortable réside néanmoins encore chez une certaine demoiselle. Se retrouver assise face à la compagne du professeur dont les lèvres de celui-ci se sont égarées sur les siennes, l'esprit droit dans la normale des choses, y être confrontée ne met vraiment pas à l'aise. Mais heureusement …

L'art et la manière de la dissimulation émotionnelle se met au travail afin de tout rangé dans une malle.

La formatrice bénévole est alors détaillée du coin de l'oeil, discrètement, la jeune fille se disant que tout était dans sa tête.

-"Mon dieu! Ceci était ridicule. Comment on peut être aussi grotesque franchement?! Personne ne ferait le poids à côté. On est que des gamins. Faut redescendre sur terre, là!"

Revêtue d'une combinaison de couleur écru légèrement ample au niveau des jambes, ballerines de teinte noir/argent, cardigan d'un gris, noir dégradé, ouvert … Très classe, se disent-ils tous également.

On se sentirait presque minable en comparaison à côté. C'est bête, oui mais vrai.

Souriante, l'expression un tantinet enjôleuse, il faut bien l'admettre, mademoiselle Flynn, Erica de préférence, se montre immédiatement sociable ainsi que chaleureuse pour mettre ces jeunes à l'aise. Un point commun à nouveau avec monsieur Jane. L'appeler par son prénom et ce trait de caractère, différent toutefois. C'est une charmeuse.

Mettre les gens dans sa poche afin qu'ils lui fassent pleinement confiance. Un peu pareil en fin de compte il semblerait excepté les ondes. Ne serait-elle pas une manipulatrice dans le mauvais sens du terme? Les filles critiquent toujours cela dit. Passons!

Nom complet inscrit au tableau, l'experte en relationnel entre de suite dans le vif du sujet, faisant cependant preuve de diplomatie. Posément, clairement, celle-ci leur explique comment ne pas perdre ses moyens lorsqu'on s'apprête à faire ses premiers pas dans une telle activité.

-S'il vous prend l'envie de balbutier au micro quand vous serez à l'antenne, je vous le déconseille.

Avertissement exprimé avec le sourire et sur un ton prêtant un peu à la plaisanterie, les bleus de l'animation en étirent leur bouche juvénile. Et un autre point commun, un bon gros autre avec leur enseignant. Elle a l'air sympa, il faut le reconnaître.

Bras croisés, debout se tenant à proximité de sa formatrice de cœur, Patrick Jane sourit, observant l'habileté de sa volubilité.

-Avant de vous retrouver devant le micro, essayez de mettre à l'écart ce qui vous retient. Comme le juste. Je suis juste quelqu'un qui débute. Lorsque vous commencez votre phrase comme ça, on saura de suite que vous vous sous-estimez. Vous vous dévalorisez. En vous mettant dans une position d'infériorité, vous risquez à coup sûr d'attirer la malchance. C'est-à-dire, automatiquement vous ferez un blocage, vous vous crisperez, votre trac s'accentuera et après avoir balbutié, vous bégayerez. Sur du funk mixé en musique de fond, ça pourrait passer.

Les élèves sourient de nouveau et largement, frisant le ricanement, avant d'acquiescer sur cette mise en garde adressée avec légèreté, ayant toutefois bien été assimilée. Elle est bonne conseillère en effet.

C'est exactement ce type de sentiment.

Les novices ont tout intérêt à écouter très attentivement s'ils ne veulent pas que leur langue patauge dans la mélasse, en se viandant en direct. Leurs oreilles ont vraiment tout intérêt encore à rester tendues. Et pour une fois, Danny paraît très concentré. D'un, il tiendra le premier rôle avec Summer, donc pas question de lâcher n'importe quelle ineptie à l'antenne et de deux, Erica Flynn à la don de capter l'attention naturellement par sa façon d'être. Ah! Les garçons!

-Il ne faut pas non plus que vous soyez trop sûrs de vous non plus. Vous devez trouver le juste équilibre.

Le prodigieux comique fait son retour en levant le doigt à ce moment, la bouche modérément égayée, demandant alors après permission de faire fonctionner sa langue; Pourquoi le juste?

-Vous nous avez dit que c'était le juste qui freinait.

-Danny.

-Ben quoi, m'sieur. C'est vrai.

-Tu sors ce qui a été dit de son contexte. Mais c'est bien. Tu retiens ce qui est raconté dans ce cours.

-Ben faut bien m'sieur. Je veux pas passer pour un naze ou un branque quand on sera à l'antenne.

Le professeur acquiesce avec le sourire en coin avant que lui et sa douée de moitié n'échangent une expression amusée vis-à-vis du gentil guignol de service. Le vocabulaire pourrait être révisé pour son bien mais rester soi-même dans l'enceinte d'un bahut et tel que celui-ci, une modification de l'élocution serait critiqué instantanément, trouvant surfait, maniéré si le jeune homme s'amuserait à en faire des tonnes. 

Elle l'a bien cerné aussi, ne laissant pas indifférente par ailleurs. Les filles l'ont bien remarqué ainsi que Kimball, ensemble également amusés, levant les yeux au ciel.

-Bon, je vous laisse, j'ai du travail qui m'attend. Ne vous inquiétez pas, je vous laisse entre de bonnes mains.

-Ça se voit.

-Que dis-tu, Danny?

-Euh? Rien, m'sieur.

-Bien sûr.

L'enseignant s'en amuse évidemment, les salue tous, quitte la salle, Teresa se sentant tout d'un coup plus à l'aise bizarrement. La gêne est moindre magiquement mais la culpabilité n'a pas pris son envol. Il suffirait peut-être d'un grand souffle dans l'aérostat grâce au brûleur. C'est être crédule, non?

Durant une heure les novices concernés suivent avec une sensible attention les conseils prodigués afin d'être de bons animateurs sur les ondes. Du moins tenter.

Conseil numéro 1:

-Choisir le bon moment pour intervenir. Ne pas parler à tout va pour ne pas pousser ceux qui écoutent à zapper l'information et tout ce qui suivrait.

2) -Savoir quoi dire bien sûr. Vous écoutez KBFM, nom de la fréquence de Riverdale, appris en tout début du cours par monsieur Jane. La radio qui va vous rendre complètement addictif et peut vous rendre zinzin.

Bien sûr trait d'humour, faisant ricaner les attentifs studieux.

-Nous espérons que vous serez fidèles car c'est notre tout premier jour.

-Ça ne risque pas de nous discréditer ou qu'on se moque de nous? demande Summer sérieusement.

-Non. Les élèves le comprendront comme si vous plaisantiez. Et pour cela, il faut y mettre le bon ton comme un comédien. Comme par exemple, là, il faut qu'ils puissent en être convaincues. Avec légèreté et finesse.

-D'accord.

Tout le monde note, sachant que ça leur sera très utile.

-Ajoutez; Nous allons vous énoncer les grandes lignes de notre programmation de ces minutes. La musique que vous diffuserez, les sujets que vous aborderez et surtout l'enchaînement immédiat. Débutez par la musique. Vous les mettrez dans le bain plus facilement. Ils immergeront rapidement.

3) -Chaleureux, marrant et bref. Une intervention courte, simple est suffisante. Il ne faut pas que vos camarades se lassent de vous entendre.

Un hochement mutuel de leur part, prenant précieusement en compte. C'est plus de la rigolade là.

4) -Préparez votre programmation à l'avance surtout. Si vous voulez improviser, essayez plus tard. Vous êtes encore inexpérimenté donc je vous le déconseille pour l'instant.

5) -Modifier la nuance de votre voix suivant les jingles.

Renseignés dessus précédemment.

6) -Surtout restez dans le ton. Soyez cohérent avec le style musical. Soyez calme et posé suivant encore ce que vous aurez décidé de diffuser.

-Ok.

Et en choeur.

-Est-ce que ça vous aide?

A l'unisson à nouveau, ils répondent avec un immense oui, le timbre soulagé pour avoir reçu ces fantastiques conseils qui vont leur permettre d'être guidés.

-Vous commencez quand? demande Erica Flynn, au duo vedette.

-Demain. répondent-ils, le trac déjà dans la gorge.

-Très bien.

-Et vous? demande-t-elle cette fois-ci à Teresa et Kimball.

-Après-demain. Comme ça c'est décidé sur le tard.

Celui-ci répond avec calme et sans bégayer.

Bon.

Puis la formatrice bénévole propose à Summer et Danny de rester un peu plus longtemps afin de les mettre en condition, promettant à l'autre duo de faire pareil demain, acceptant avec une immense disposition. Ils la remercient bien évidemment avec reconnaissance dans la voix tous les quatre.

*****

Quelques minutes après la fin, le second duo part, laissant leurs amis entre ces très talentueuses mains mains, impatients, curieux de savoir ce que ça donnera.

-Comment tu te sens?

-Nerveuse. Heureusement que l'on commence seulement dans deux jours.

-Ouais.

Kimball regarde alors Teresa brièvement tout en continuant de marcher dans le couloir, se souriant furtivement.

-T'inquiètes pas.

Le bras de l'ex-petit copain s'enroule alors comme avant autour de l'adolescente, la rassurant légèrement, la allégeant un peu ainsi de ses craintes à cet instant. S'il n'y avait que cette contrariété.

Même si on se sépare, l'amour ne se dissout pas aussi vite.

Où en sommes-nous? Va-t-on se recroiser au détour de cette route où nous nous sommes réellement rencontrés? Il ne tient qu'à nous de le découvrir.

*****

Erica and her Isadore
Erica et son Isadore
Climbed aboard a balloon
Sont montés à bord d'un ballon
I want more than this kite will soar
Je veux plus que ce cerf-volant qui s'envolera

I've set our sights on the moon
J'ai fixé notre vue sur la lune
You can't just leave, I've given everything
Tu ne peux pas simplement partir, j'ai tout donné

I can't believe your taking everything, your taking everything
Je ne peux croire que tu prennes tout, prennes tout
Its not who you were, its who you are
Ce n'est pas qui tu étais, c'est qui tu es
…...
Blinded by their unbridled height
Aveuglé par leur hauteur excessive
Our lovers turned dissolute
Nos amoureux sont devenus impudiques

Then with eyes wide, a splintered sight
Puis les yeux écarquillés, une vue divisée
There's just one parachute
Il n'y a qu'un parachute

Goodbye Erica, now I see
Au revoir Erica, maintenant je vois
That my worst fears were in tune
Que mes pires craintes étaient en harmonie
…...
Isadore

mercredi 25 avril 2018

Mentalist Cœurs à Vif - Chapitre 33



Lors de l'interclasse auquel ils ont tous par contre droit cet après-midi, les cours se terminant une heure plus tard afin de rattraper également, le petit groupe plus ou moins réuni est approché par le responsable en chef. Certains ont fait bonne impression et compte leur faire part de ce compliment, passant par-là.

-Alors! Satisfaits d'hier?

Danny répond par un oui modéré voire presque timoré, étonnant le prof sans aller d'une remarque. Wayne quant à lui, prétexte une petite faim, encore gêné, celui-ci regardé alors par l'enseignant qui arbore un sourire amusé en toute mesure, ayant deviné la raison de la fuite. Le creux du tea time s'avère réel cependant.

-C'était génial!

Summer s'avance, fidèle à elle, l'enthousiasme n'étant pas redescendu.

-Tant mieux. Vous deux, la pointant ainsi que Danny, vous m'avez bien plu. Et comme mademoiselle Frye, je trouve que c'était distrayant. Très même.

Le duo amateur se regarde à cette seconde, à la fois agréablement surpris et agréablement surpris. Ha!

-Ah, ouais!?

-Oui, oui.

Mister Ruskin affiche à ce moment davantage son étonnement, n'ayant osé l'imaginer. Ben ça!

-Et nous avons également apprécié votre improvisation. désignant cette fois-ci Teresa et Kimball. Il y avait une bonne entente et une vraie alchimie.

Les concernés se sourient avant de cibler le professeur qui y va d'une éventuelle révélation.

-Je pense que vous feriez du bon boulot derrière un micro.

-Vous êtes sérieux?

Kimball en est à son tour stupéfait, n'en revenant pas non plus, flatté.

-Votre sérieux, assurance alliés à votre douceur, votre touche de gaieté dans la voix, on sent bien une bonne volonté même s'il y a un fond de timidité, une attitude prudente et réservée. s'adressant à Teresa, celle-ci acquiesçant, un tantinet flattée, contente réciproquement.

-Ça se travaille de toute façon.

-Monsieur.

-Oui, Summer.

-Vous pensez qu'on à nos chances nous tous?

-Franchement, il y a des chances, oui.

-Géniale! Vraiment géniale.

Le prof procède ensuite à un survol visuel de la petite troupe avant que ses yeux ne se stoppent fugitivement sur l'heureuse victime de son baiser. Leur regard se croise involontairement, détourné chacun rapidement. Une appréciation mutuelle qui ne laisse toujours pas de marbre.

-D'autres copains à vous veulent tenter leur chance encore?

-Oui.

Summer se montre affirmative, pointant du doigt Michelle ainsi que le nouvel élève assis un peu plus loin dans la cour, le faisant s'exclamer.

-Aaah! Je suis impatient. C'est bien qu'il ait pas mal de participants. Ça sera difficile par contre de départager. Bon! Sur ce … Je tiens à nouveau à vous féliciter.

-Merci, m'sieur.

-Merci …..

-Merci, monsieur.

-A demain.

Le "A demain" est renvoyé avec une bonne disposition de l'humeur avant que la bombe scintillante ne se tourne vers le prochain duo qui semble préparer leur audition. Un peu de préparation, un peu d'improvisation? Pas évident de s'imposer lors d'un tel exercice en publique. La miss est assez curieuse de voir ce que ça pourra donner avec un inconnu.

*****

Rigsby revient peu après, sa barre de chocolat à moitié entamée, taquiné à son retour par son meilleur pote.

-T'arrive pile poil. T'as rien à craindre, il est parti.

-Qu'est-ce que tu racontes? J'avais une fringale.

-Ouais, bien sûr.

Le gaillard mord par la suite, en vitesse, dans un autre morceau sucré, l'expression embarrassée, légèrement nigaude.

-Franchement.

Puis en fin de journée, le groupe se rend par curiosité au gymnase afin de soutenir leur amie, les prochains partenaires accaparés à cet instant par une nervosité active. Aussi bien l'un que l'autre. Mains un peu moites, se demandant si ça va, la miss ne va pas reculer une seconde fois. A deux, on est plus courageux.

Trente-six minutes plus tard, Michelle et Jason passent, le trac enfoncé pleinement dans la gorge, allant s'asseoir face aux gens. Kristina Frye affiche son plus aimable, encourageant sourire, joignant à celui-ci celui de monsieur Jane qui se présente presque tout le temps sous cette meilleure partie de lui-même.

-Bonjour. Vous êtes le nouvel élève, c'est ça?

-Oui, monsieur. Jason Wylie.

-D'accord. Bienvenue à l'audition et dans ce lycée.

-Merci.

Face à l'amabilité de l'enseignant, le mignon ado se sent à cet instant un peu plus à l'aise mais pas plus sûr de ses capacités malgré tout.

-On vous écoute. lui faisant signe cordialement.

Quelques minimes secondes d'intimidation puis Michelle commence sur les chapeaux de roue avant qu'une panne d'inspiration ne vienne un tantinet entraver une *prestesse verbale. 

Dû à cette gêne imprévue, même si le partenaire novice en reste déstabilisé, n'ayant encore émis un son, afin de sauver leur passage à cet oral, celui-ci se surprend en prenant le relais en improvisant. Légèrement tendu au début, sa diction devient plus fluide au fur et à mesure. Ben ça alors!

Les deux professeurs se montrent agréablement étonnés, ne l'interrompant pas.

-La journée paraît longue et c'est vrai qu'on a souvent la sensation de somnoler. Il faut peut-être se coucher plus tôt au lieu de mélanger le coca bourré de caféine et avaler du café soluble à la petite cuillère. Ou vous avez peut-être peur parce que vous vous sentez seul et que vous craignez que le croque mitaine vous emporte dans ses cauchemars. C'est ma référence vous dit quelques chose, vous avez raison. C'est une scène du cauchemar de Freddy, chapitre 3.

Chacun l'écoute attentivement au moment où Jason fait allusion à la solitude même si sa simulation d'animateur n'est pas parfaite sans savoir ou il veut en venir. Toutefois, cette référence à propos de Krueger, amuse bien l'assemblée. La génération connaît le classique du genre.

-Ne vous sentez plus seul maintenant. Avant de reprendre les cours et que vous piquiez du nez, ce qui amuse pas mal d'élèves, on pourrait s'écouter Live- I Alone.

Michelle le regarde à cette seconde, stupéfaite, n'étant la seule telle que Summer, concernant, quant à elle, le morceau annoncé à la fin de cette reproduction expérimentale de conditions réelles. 

L'apparence classique d'un autre genre, sa chemise à carreaux, son pantalon beige... Heureusement que sa tenue est agrémentée d'une veste en cuir marron qui apporte une touche de fantaisie. On ne penserait pas qu'il connaîtrait, écouterait carrément. On en découvre tous les jours!

Patrick Jane et son assistante se consultent d'une manière oculaire, se disant que c'est pas mal non plus bien que d'autres aient été meilleurs. Toutefois, le nouveau est félicité pour son initiative courageuse pour avoir pris les devants. Jason les remercie tout en ébauchant un sourire humble, sa partenaire en étant encore surprise.

Déçue aussi à nouveau par son manque assuré d'éloquence, néanmoins reconnaissante qu'il leur ait sauvé la mise. Si ils étaient choisis et si une seconde panne sèche devait à nouveau se produire, se serait humiliant pour elle, en plus en direct, sachant toutefois que la jeune fille serait rattrapée par ce filet de secours.

Consciente d'avoir raté l'essai, si l'un d'entre eux seulement devait être retenu, ce ne serait sûrement pas elle, étant un fait. Pas la fin du monde non plus mais fortement déçue, oui.

Lorsque les deux adolescents se retirent, rejoignant leurs camarades, ceux-ci le complimentent, Michelle recevant quant à elle un mot de consolation de la part de Grace.

-Je t'ai trouvé bien.

-Ouais. J'ai tout loupé.

-Qu'est-ce qui s'est passé? demande Teresa, voyant la déception flagrante qui transparaît sur le visage de leur amie.

-Je sais pas. J'ai eu tout d'un coup un passage à vide. Je savais plus quoi dire.

-Au moins, tu as tenté.

-Euh? Ouais.

La jeune fille baisse momentanément la tête, haussant les sourcils.

Ceci ne la console pas pour autant.

-Tu t'en es bien sorti.

De son côté, Jason est à nouveau félicité, par Cho cette fois, y souriant modestement.

-C'est gentil.

-A votre avis, qui va être choisi?

-Pas moi en tout cas. Bon, à demain.

Michelle s'en va ensuite, sa déception davantage évidente au regard de la bande d'amis qui pour certains trouvent cette réaction exagérée telle que Tamzin, Wayne.

Kimball lève alors les yeux vers son pote, celui-ci s'interrogeant face à l'expression légèrement jugeuse à son égard.

-Quoi?

-Non rien. Tu devrais parfois faire preuve de circonspection.

-C'est-à-dire?

-Réfléchis avant de parler.

-J'ai dit quoi? s'en étonnant innocemment.

-Rien.

Bras croisés, Cho la sagesse s'éloigne un peu, laissant son ami dérouté.

-J'ai rien dit de mal. Si?

Tandis que le grand gaffeur se questionne, mademoiselle Frye interpelle le nouveau venu, échangeant très brièvement suite à son entreprise d'action.

-Je suis contente que tu aies décidé de tenter ta chance. Il n'y a rien de mieux pour vaincre sa timidité.

-Merci mademoiselle. C'est ce qu'on dit mais la vaincre totalement c'est pas une mince affaire. … Je voudrais vous remercier. C'est gentil de m'avoir encouragé.

-De rien. Vraiment. Tu t'es bien débrouillé.

A distance à cet instant, l'œil de Summer se met à viser cette entrevue rapide, esquissant un sourire en coin, la remarque bien pendante.

-Ça va devenir le chouchou du prof.

Tamzin s'approche alors, observant à son tour, l'expression quant à elle circonspecte.

-Tu es jalouse?

-Non. Je constate, c'est tout.

La jeune sorcière regarde sa copine peu après, fixant de nouveau droit devant de faire partager sa sagesse également à qui voudra bien le comprendre.

-Tu devrais connaître avant de critiquer.

La pertinente conseillère se retire, suivie par la suite, cette fois-ci, d'un oeil bien critique à l'encontre de celle-ci.

-Tu devrais connaître avant de juger.

La répétition est formulée sur un ton agacé, figure grimaçante tout ça mixé à un comportement infantile.

-Chacun sa vision!

*****

Et en ce vendredi, enfin la fin de cette semaine, le nom des gagnants sont affichés sur le tableau d'affichage. Bien évidemment, les participants se précipitent, faisant aussi la grande déception de beaucoup. Seuls deux font transparaître leur hébétement, n'en revenant pas. … Et les sélectionnés sont … Roulement de tambour .. Miss Edgecombe et Daniel Ruskin!

Eux qui pensaient réellement ne pas être choisis, quel choc!

-Tu vois ce que je vois?

-Euh? Ouais. clignant des yeux ensemble.

-Tu crois qu'ils se sont trompés? questionne Summer, ahurie.

-Non. .. Non. Je pense pas.

Les ados se regardent à nouveau, yeux écarquillés, prenant à leur tour conscience qu'ils vont devoir faire équipe et pas uniquement. Si ce n'était que ça.

-On est dans la merde.

-Tu l'as dit.

-Un bon point déjà d'avoir en commun cette pensée.

La petite bombe sourit de cette réflexion insolente, humoristique et réciproquement. C'est déjà ça encore.

Patrick Jane arrive quelques secondes plus tard, leur confiant que leur improvisation original les a fait sortir du lot.

-Je suis sûr que vous allez former un duo du tonnerre. On se verra pour la formation. Ok?

L'enseignant repart, satisfait que lui et sa collègue aient perçu le meilleur potentiel en eux malgré que Kristina Frye aurait bien choisi par ailleurs Jason Wylie. Rien n'est perdu pour autant puisque le jeune homme a été remarqué au cas où comme remplaçant? Un certain projet en tête.

Les futurs partenaires se refixent une nouvelle fois, réalisant ce qui va les attendre, nerveux à l'avance. Ça se matérialise à présent. Entre l'imagination et la réalité rien n'est jamais pareil.

-On est vraiment dans la merde. insiste de nouveau le jeune prodige illusionniste.

La petite bombe scintillante hoche la tête, appuyant bien dessus.

-C'est sûr. Ben au boulot.

-Ouais.

Les comiques bientôt à l'antenne.

*prestesse: Facilité, aptitude à agir rapidement.

jeudi 12 avril 2018

Mentalist Cœurs à Vif - Chapitre 32



Sur le trajet du lycée, Summer assez guillerette de l'essai d'hier, comme chaque matin, celle-ci passe devant un atelier de tatouage, le premier cours aujourd'hui ne commençant qu'à 9h30 dû à une réunion. Sans prêter véritablement attention, l'endroit déjà ouvert à cette heure, depuis. 8h50, dix minutes plus tôt que d'habitude, la miss passe quinze minutes après et regardé systématiquement par l'un des artistes du lieu qui se tient devant le petit portail en fer de la cour en béton, ayant l'air déjà d'être en pause cigarette.

-Salut.

Le tatoueur au look qui oscille entre un surfeur hipster et d'un rockeur grunge que l'on verrait bien jouer dans un groupe de rock alternatif, lui envoie son bonjour matinal. Bomber noir porté, bonnet en laine multicolore sur la tête avec comme impression un visage de bonhomme teigneux montrant ses dents, cheveux blond miel, mèches décorées par-ci, par-là de perles de couleurs diverses, pantalon large beige, tennis, son regard perçant, dur la bien ciblé.

Le pied posé contre le muret, allure à la cool, Summer le regarde, levant les yeux au ciel, soupirant par la suite.

-Ouais, c'est ça. Salut.

-Oooh! Glaciale la demoiselle.

L'adolescente se retourne, étire un sourire fugace, l'attitude ironique.

-J'suis pas trop du matin pour la drague.

-C'en ai pas. Un peu trop sûr d'elle, non?

-Non. Car ça y ressemble. Dire salut à quelqu'un qu'on ne connaît pas.

La bouche du gars s'amuse du franc-parler de la petite bombe, une pensée typique de mâle, son comportement démasqué avant de fumer à nouveau une bouffée.

-C'est pas bon pour la santé.

-Ouais. C'est sûr!

Sans s'arrêter, elle poursuit sa route, lui tournant ensuite le dos tandis que le tatoueur la suit des yeux jusqu'à sa complète disparition au tournant de la prochaine rue. Ne pas se connaître, certes, mais l'apercevoir parfois depuis l'atelier lorsque celle-ci repasse devant lors du chemin du retour, ça compte sans doute. Pas folle l'ado, l'ayant remarqué auparavant sans l'avoir confié à ses copines, jugeant que ce n'était pas intéressant.

Toutefois, le premier contact s'est produit. Ça pourrait devenir une habitude à son avis? Un type de 28 ans au moins, ça semble pas très sain surtout quand il apparaît comme un adulte responsable un peu douteux.

Plus tard, au bahut, alors qu'ils rentrent en cours d'histoire avec mademoiselle Frye, chacun se parlant comme à chaque fois, ils font plus ou moins attention à un nouveau venu dans le rang.

Quand tous sont installés, l'enseignante réclame peu après le calme, celle-ci en venant à attirer l'attention, là, sur ce nouvel élève arrivé au sein de l'établissement.

-Aujourd'hui, nous accueillons un nouveau arrivant qui va poursuivre cette dernière année scolaire ici avec nous. Jason Wylie. Il était auparavant au lycée Arteil Palmer.

-Il est pas privé, m'dame?

-Si, Danny.

La prof adresse à ce moment une tape maternelle sur l'épaule du nouveau venu, toute souriante.

-Tu veux ajouter quelque chose, prendre la parole, Jason?

Le jeune homme mignon sous rapports avec sa tête de chérubin, un peu poupon, le regard clair de bleu survole à cet instant sa nouvelle classe, répondant d'une façon réservée, timide au timbre doux.

-Euh! Non. Je n'ai rien à rajouter.

-T'inquiètes, ça viendra.

-Danny. S'il te plaît.

Le jeune perturbateur reprend lentement ses marques, gentiment néanmoins, bras furtivement levés face à la légère remarque exprimée sur un ton qui l'a rappelé à l'ordre.

-Va t'asseoir à cette place là-bas au fond. Je te souhaite la bienvenue encore parmi nous.

-Merci mademoiselle.

L'élève docile, à l'éducation apparemment irréprochable va de ce pas prendre sa place officielle, observé par ses nouveaux camarades, ceux-ci à la fois curieux et jugeur.

"C'est qui lui, réellement? Et Wylie? C'est marrant d'avoir un nom de famille qui pourrait être un prénom."

Si Kristina Frye n'a pas davantage insisté sur les présentations, cet apparent manque de devoir est bien pour une raison. Vu l'indiscipline qui y règne souvent, déconnant par la même occasion, la manière que mister Ruskin a eu de s'imposer à nouveau, n'a fait que renforcer sa motivation; Celle d'écourter le détail des présentations. Mais tout arrive à point qui sait attendre.

Une heure auparavant, le jeune homme s'entretenait avec la directrice, lui fournissant les renseignements nécessaires concernant le lycée. Pour commencer, la classe de terminale dans laquelle il allait atterrir, s'en suivit les horaires des cours, son planning complet ainsi que les noms des professeurs, tout inscrit dans un registre de feuillets assez épais remis.

Ce second contact positif de nouveau, le tout premier ayant eu lieu durant la semaine dernière, en tout début de soirée en présence des parents. Un autre se déroula également avec Kristina Frye, avant de rentrer dans la salle ce matin.

-Si tu as la moindre question ou le moindre problème par rapport au programme d'histoire, de littérature, dis-le moi.

-Vous enseignez deux matières? étonné, l'ayant demandé sans dédain ce qui la fit sourire.

-Oui. L'anglais aussi.

Le nouvel élève hocha la tête, assez épaté, admiratif, ne jugeant aucunement.

-Je suppose que dans ton ancien lycée, les professeurs devaient enseigner une seule matière spécifique.

-Certains en enseignaient deux. C'est privé mais humble.

-Oui. Je connais un peu. Bon. Tu n'as aucune question quelconque avant de faire ton entrée avec des inconnus plus ou moins dissipés?

Le professeur plaisanta bien sûr, le nouvel arrivant le comprenant dans ce sens. La nervosité cependant est toujours présente lors d'un premier jour.

-Euh! Oui. Il faut bien.

-Ne t'inquiètes pas. Ils ne mordent pas vraiment. Tu verras une fois que tu t'auras familiarisé avec eux.

-C'est rassurant.

Un échange souriant avant que l'adolescent ne fut amené à poser une question tout de même.

-J'ai vu que sur le tableau d'affichage, il y a une audition pour une animation radio.

-Oui. Tu veux participer?

-Je ne sais pas.

-Si tu en as envie, tu peux encore. Ça ne se finit pas avant deux jours.

-Bien. Je vais voir. C'est vrai que ça m'intrigue.

-Tu peux toujours tenter ta chance. Je les fais passer avec un autre professeur.

-Ah!

A cette nouvelle, le jeune homme sembla plus mis en confiance, à l'aise d'un coup de savoir qu'elle serait présente, la trouvant très gentille. Qui sait?

-Je vais y réflechir.

-Bien.

Une fois assis, le mignon jeune homme sort ses affaires, regardé par Michelle, Summer, Cho, celui-ci brièvement, d'une manière machinale contrairement aux filles. Curieuses de voir un élève ayant l'air d'un boy-scout. Il paraît toutefois très gentil mais empoté, coincé. Pensées partagées à l'autre bout avec Houdini sans tellement de méchanceté cependant. Riverdale est un changement. Pourquoi venir ici?

************

Quand le premier cours se termine, enchaînant sur l'autre, pas d'interclasse entre-temps afin de rattraper le retard, dans le couloir, le petit groupe se rapproche plus ou moins du nouveau, désirant en découvrir davantage, principalement Summer, la curiosité maintenue, faisant partie intégrante de sa nature.

-Alors … Jason. C'est ça?

-Oui. répondant timidement, sur ses gardes sans hostilité néanmoins.

-C'est joli comme prénom.

-Merci.

-Comment tu trouve Riverdale par rapport à ton ancien bahut?

-Pas trop mal.

-Tu t'attendais à pire, non?

Mister Ruskin reprend ses vieilles habitudes à vouloir châtier mais à une différence près. Avec une légère pondération.

L'antécédent eu lors de l'arrivée de Kimball a servi de leçon. Et même si ce côté fragile, sage voire ennuyeux qui semble se dégageait du jeune garçon ainsi que craintif, pas très dégourdi à première vue, le bousculer n'est pas au goût du jour. 

Il ferait plus pitié qu'autre chose. Il ressemble à un oisillon tombé du nid, sachant comment voler malgré tout, s'adapter, capable de faire face aux difficultés même si ça peut lui coûter. L'hérédité familiale, léguée grâce à la fibre parentale.

-Danny commence pas.

Le deuxième rappel à l'ordre de l'ex-bizuté, en digne protestateur.

Monsieur je charrie se retourne, prenant ce ton contestataire au sérieux.

-Mais non. L'habitude.

-Ouais

Mains levés, épaules haussées, minime trait narquois sur les lèvres en coin, il n'y aura pas de mal. Il est temps de faire acte d'une plus solide maturité et avec stabilité. La mise à l'épreuve continue.

-Non, non. C'est rien. Je trouve l'établissement bien. Et je ne pense pas qu'il fasse partie des pires.

Chacun en sourit à sa manière, le trouvant peut-être pas si dénué d'intérêt. Gentil c'est certain, sympa il en a l'aspect facial.

-On te souhaite de te plaire ici en tout cas.

Le sourire amical de bienvenue de Teresa le réchauffe, la remerciant. Les membres du groupe se présentent ensuite tour à tour, avant que le jeune homme leur exprime son salut. Et ce nouvel arrivant paraît avoir fait la sympathie de Tamzin dont l'opinion est très bonne vis-à-vis des vibrations qui s'émanent de lui. Très, très gentil.

-J'ai vu avant que les cours ne commencent qu'il y a des auditions pour une animation radio.

-Ça t'intéresse? demande Michelle, voyant en lui un possible partenaire pour pourquoi pas tenter finalement sa chance.

Quitte à faire équipe avec quelqu'un qu'elle connaît à peine mais de sa classe ... C'est mieux que rien.

-Euh? …. Ça me déplairait pas. Ça serait par curiosité.

-Tu veux qu'on passe ensemble? Ça t'évitera de chercher un équipier.

-Oui. .. Euh? Oui.

-Ok.

-C'est plutôt toi que ça arrange. Hein?

-Ferme-là, Wayne.

-Comme tu vois, Jason. On adore se faire des misères.

Une information indispensable que Teresa s'empresse gracieusement de souligner, Grace acquiesçant.

-Méfie-toi.

-D'accord. C'est enregistré.

Le boy-scout à alors un soupçon de conviction comme quoi il est probable qu'il puisse s'y plaire.

-T'as une expérience dans le domaine?

Miss Vega se montre très intéressée.

-Non. Mais j'ai toujours été attiré par. Ça me fascine. Mais … Si tu ne me l'avais pas proposé, je ne crois pas que j'aurais osé.

-T'es timide.

-Oui.

Le jeune homme rougit un tantinet face à une demoiselle qui en temps normale elle fuirait face à ce genre de réaction émotionnelle qui aurait fait mauvais effet. Dans ce cas, elle trouverait ça presque touchant vu le genre du nouveau venu. Besoin d'un partenaire en effet. Et celui-ci est différent, littéralement.

"On verra bien."

Tellement envie en fin de compte d'être candidate.

-Tu préfères qu'on improvise ou qu'on prépare?

Michelle semble avoir cerné à priori.

-Je préférais que l'on prépare mais je sais d'expérience qu'on ne peut pas tout prévoir.

-On improvise alors?

-J'espère que je serais à la hauteur.

-Suis ton instinct. Et tu sais, si on se plante, on sera deux.

Encouragement assez spécial ainsi qu'un mot de réconfort non commun, les deux ados se sourient, décidés réellement à se présenter.

Tout en marchant devant, Summer et Wayne vont de leur commentaire.

-Ils ont l'air de déjà de s'entendre.

-Ouais. Elle a mis le grappin dessus.

-Mauvaise langue!

-Les filles sont comme ça.

-Ouais, c'est ça! Trouve des excuses.

Toujours le moyen de se taquiner les uns les autres. Bonne ambiance à l'horizon.

Michelle Vega, Jason Lewis … Eh! Ça sonne pas mal comme duo pour la radio.

mercredi 4 avril 2018

Mentalist Cœurs à Vif - Chapitre 31



Au gymnase, à l'heure indiquée, beaucoup de terminales se présentent, l'esprit exaltés dont quelques-unes sautillent petitement sur place dont Summer, le groupe de copains attendant dans la file, plus ou moins impatient, comme Tamzin qui s'est laissée convaincre par Grace, les bras de Craig à nouveau enroulés autour des épaules de celle-ci à cette seconde. …

-On dirait un serpent.

-T'es toujours d'aussi bonne humeur, toi.

Le regard assombri, déjà énervé depuis quelques jours, pour la même différente raison, à nouveau fixé sur le jeune couple souriant. Ah! Cho. Un ami de bonne composition quand même malgré sa franchise glaciale à toute épreuve.

-Ouais.

Wayne tourne ensuite la tête droit devant, pouvant sentir que la remise en liberté de son père ne fait que le tracasser, le mot étant faible.

-Ça en est où avec ton père?

-J'préfère pas en parler maintenant.

-Comme tu veux.

-Eh! Wayne. Tu veux qu'on passe ensemble?

Une proposition spontanée proposée par Danny qui se trouve dans une queue d'à côté. L'entente étant revenue un peu plus au mieux, le jeune homme, même préoccupé, modérément disposé mais ayant bien accepté de se joindre également à l'audition, adresse un oui direct, à sa façon.

-Si tu veux.

-Super!

-Toi tu fais équipe avec Teresa? demande-t-il afin d'obtenir confirmation par son ami après s'être tourné à nouveau vers lui.

-Ouais.

Le grand garçon au moral en baisse oriente une nouvelle fois une brève attention en direction de son amour pas tellement secret, celui-ci lèvres gracieuses conservées envers son petit ami, l'enviant.

-Tant mieux pour vous.

-Ouais.

Il dirige de nouveau son regard vers Kimball, se tenant proche de lui, l'interrogeant alors à son tour, à retardement, à propos des ex-unis, exactement comme mister Houdini l'a fait. Ça étonne toujours quand on évite de s'ignorer.

-Comment vous faites tous les deux? J'veux dire, lorsqu'on casse, on reste pas vraiment en bon termes. On fait comme si on se connaissait plus. Comment vous faites?

Son sage, intelligent, du tout revanchard ami le fixe, soulignant un furtif, partiel sourire, amusé par l'idée que tout le monde en a et applique comme si c'était une règle de rupture à laquelle il faut absolument se soumettre. Parce qu'on en veut à l'autre à qui on a enlevé toute valeur dont la personne avait été honorée car l'image de l'amour est détruit.

-Pourquoi on se ferait la tête? C'est quelqu'un qui reste très important pour moi. J'ai aucune raison de faire comme si elle n'existait plus.

Wayne en sourit, se montrant particulièrement admiratif vis-à-vis de cette déclaration exprimée sur un ton neutre. Comme normal.

-Ben dis-donc. T'es toujours mordu, non?

Son proche compère le regarde à nouveau, répondant énigmatiquement, l'attitude sobre, l'air impassible cette fois.

-Ce qu'on ressent est parfois très étrange.

-Ça veut dire quoi?

-A toi de deviner.

Chacun des élèves s'avance ensuite, l'audition pour certains s'avérant par la suite satisfaisant, marrant ou du tout convaincant aussi bien auprès des profs que des lycéens présents qui patientent, le cœur nerveux comme enjoué. Et au fur et mesure, un bon nombre défile, arrivant à ce moment à Grace et Craig pour ne pas changer, se débrouillant pas trop mal avant que la jeune fille soit emparée d'un fugitif fou rire, se déstabilisant l'un et l'autre dans une humeur très bon enfant toutefois.

Sa sangsue pendue toujours au cou!

Légèrement intimidée, ça influence sur cette exercice franchement pas évident comme elle le dit. Le monsieur parfait ne lui en tient pas rigueur ayant fait ceci sans trop se prendre au sérieux. Quelques minutes plus tard, Wayne et Danny suivent, s'accordant moyennement voire très mal, pas terrible comme le fait remarquer Patrick Jane, qui grimace en n'exprimant aucune complaisance, son bras droit faisant quant à lui plus preuve de diplomatie en leur disant qu'ils auraient plutôt dû choisir un autre partenaire, faisant naître à cet instant une idée subite dans l'esprit de l'enseignant qui crayonne un début de contentement.

Il faut observer ceux qui peuvent s'assortir au lieu de détoner. Faire des étincelles grâce à une bonne dose d'alchimie même si celle-ci n'est pas du tout évidente à première vue.

Au moment où les deux ados se lèvent, mister Jane demande à Danny de rester afin de vouloir se réessayer en compagnie d'une personne différente. Mais qui?

-J'appelle Summer Edgecombe!

En entendant son nom à voix très distincte, la petite bombe scintillante se montre très stupéfaite ainsi que la (fausse) sensation de se sentir comme favorisée, valorisée. La mine réjouie, l'humeur subitement un peu fofolle, celle-ci affiche sa gaieté sur ses lèvres en regardant ses copines, surprises également.

Petits pas sautilleurs en marchant qui arrêtent d'exécuter leur joie à mi-chemin pour ne pas se ridiculiser.

Une fois face aux enseignants, ceux-ci lui font signe d'aller s'asseoir et très aimablement, Patrick Jane l'invite à prendre place à côté de Danny, les mettant au défi d'improviser ensemble.

-C'est une blague?

A priori, la jeune audacieuse semble prise de court, déroutée pour les avoir réuni.

-Non, non.

-Euh? J'pense que …

Malgré que la réaction de mister Ruskin soit partagée avec celle de sa presque, tout à fait, à nouveau camarade, la détermination du prof ne fait pas marche arrière, insistant cordialement.

-Allez-y. On vous écoute.

Les deux ados se zyeutent furtivement, leur aisance illimitée se retrouvant bloquée. Ça ne commence pas bien non plus.

L'enseignant se serait-il trompé?

-Commence. chuchote Danny l'intimidé, ayant laissé son culot dans son casier. Est-ce que ça deviendrait une habitude?

-Non, toi. J'sais pas quoi dire.

Leurs murmures sont de concert, faisant légèrement abstraction à cette seconde de leurs congénères, profs face à eux.

-Moi non plus.

-Trouve quelque chose. Tu sais.

-Ben pas là.

-Sors n'importe quelle connerie comme tu sais le faire. T'es une sommité en la matière.

Le jeune homme ne réplique pas, visant droit devant, tête brièvement baissée.

-Je m'excuse mais … Mais ça va pas encore. J'préfère arrêter, j'suis nul. C'est pas fait pour moi.

-Comparé à tout à l'heure, c'est moins pire pourtant.

-Eh! Il est vache.

Assez vexant de l'entendre, Kimball enfonce ce qui blesse davantage causé par son honnêteté. Les amis ne se mentent pas est encore moins lui.

-C'était pas très bon faut dire. T'as bafouillé, t'avais la bouche ouverte, sans savoir quoi inventé et Danny est resté à moitié muet. Vous avez merdé l'audition.

-C'est sympa. J'te remercie.

-De rien. T'es pas le seul.

Une franche compréhension agrémenté d'un sens très ironique. Le flegme Kimballien! Une légende en matière de tempérament.

Quelques-uns sont désignés par le jeune homme, discrètement des yeux, atténuant même d'une manière minime l'embarras de son copain, regardant rapidement les non doués, bras croisés.

-Ouais.

La douce critique fait lever les yeux au ciel de Danny, le remerciant, posé, avec ironie bien sûr.

-C'est pas terrible non plus, monsieur.

-Ben, toi non plus.

-J'ai pas dit le contraire.

En les observant s'agacer mutuellement, Patrick Jane s'en délecte, la forme de sa bouche étant la preuve vivante. Très curieux!

-Qu'est-ce qu'on fait? Lui demande Frye, pensant qu'il serait souhaitable d'intervenir.

-Faut les laisser. Je crois qu'ils ont des choses à régler.

Très observateur!

-Vous êtes sûr?

-Oui.

-Ok.

Summer et Houdini se fixent, parvenant réciproquement à un véritable miracle d'en devenir amusés, nerveusement sans doute par leur duo d'inimitié, disparate en apparence.

Mettant leurs différends à l'écart, intelligemment, ils communiquent leur intention par le regard, de jouer finalement le jeu. Gâcher l'audition serait dommage.

-Alors Summer, qu'est-ce que tu proposes?

-Eh bien que tu te taises et qu'on écoute un morceau qui balance un max.

-Ok. Je me tais.

Il en sourit modérément juste par la situation étrange de l'audition, en général aussi.

Assez original la façon dont ces deux numéros ont d'improviser!

Leurs amis le reconnaissent à travers, même Tamzin qui les trouve pas trop mal malgré que cette séance d'essai lui passe au-dessus de la tête. Quant à Michelle, elle se sent un peu envieuse, se disant qu'elle aimerait bien être assise là-bas. Miss Edgecombe c'est se faire remarquer mais non inutilement quoi que l'on pourrait croire. Et les avoir réuni est pour une double bonne cause assurément.

-Ça serait bien la première fois.

-Il y a toujours une première fois.

Punchy Summer étire son amusement plus largement, trouvant cette improvisation vachement libérateur, comme il serait dit.

-Ok, ok. C'était vraiment pas mal. Vraiment pas mal du tout. Le démarrage a été laborieux mais vous vous êtes débrouillés pour remonter un peu la tête de l'eau.

-Je suis de l'avis de monsieur Jane. Ce n'était pas commun. C'était divertissant, je dirais.

A l'écoute de ces remarques sincères, prudentes, les jeunes gens se lèvent, bizarrement enjoués, ne se faisant aucune illusion cependant. Mais ça a été thérapeutique pour eux durant même ces trois minutes et demi. Le prof a habilement manœuvré en bon samaritain des rapports humains.

Quand ils reviennent vers leurs amis, ceux-ci les félicitent pour leurs échanges pas banaux. S'en suit sur le devant des planches, Kimball et Teresa qui s'en sortent pas trop mal également, d'une manière plus classique néanmoins mais sympathique sans que la demoiselle ne rougisse face au responsable en chef de cette audition. C'était une bonne idée de simuler une animation radio.

Et pour finir, concernant la jeune sorcière wiccane et Michelle, celles-ci décident de faire bande à part, miss Vega n'étant plus tellement enthousiaste quant à elle. Une euphorie impulsive, inévitablement passagère. Ou ne se voyant passer avec qui que ce soit d'inconnu, l'adolescente s'est rétractée. Toutefois, rien n'est trop tard, les auditions se prolongeant encore sur les trois prochains jours. Si jamais …. .

Après ces premiers essais terminés, dans le gymnase, tout en rangeant, Patrick Jane et Kristina Frye paraissent ne pas être trop déçus par les candidats qui ont fait de leur mieux en se mettant dans la peau d'animateur. Reste à voir ce que la suite peut réserver comme il a été annoncé au début. Ceux qui seront sélectionnés auront leur nom d'inscrit sur le tableau d'affichage ceci arrivant en fin de semaine.

Cet autre verdict ne serait donc tarder.

************



En ressortant du gymnase, tous semblent avoir pris du plaisir à s'être prêtés à ce jeu intimidant. Tout en marchant, Wayne réagit soudainement face à l'abstinence des deux bonnes copines, qui le frappe, en le réalisant à cette seconde seulement.

-Eh! On vous a pas vu au fait!

-Non. On a passé notre tour.

Sans se sentir gêné de la moindre justification, Michelle l'avoue, répondant pour sa copine, la mignonne, indisposée miss Dove envers cet exercice non de son style avant d'ébaucher un imperceptible trait de reconnaissance au coin de la bouche.

-Mais tout n'est pas fini. Peut-être que ça va me prendre avant que les auditions se terminent. informe miss Vega, l'expression d'une fille un tantinet maline qui peut réserver des surprises.

Et en parlant de surprises, quelques-unes sont en train d'attendre sauf une, préparée à faire son entrée au lendemain de cette bonne fin de journée. De l'inattendu en perspective.